martedì 7 ottobre 2014

Prima Congregazione generale: omelia del card. Chibly Langlois

Alle ore 9 di oggi, alla presenza del santo padre, con il canto dell’ora terza si è aperta nell’Aula del Sinodo in Vaticano la terza Congregazione generale del Sinodo straordinario sulla famiglia. Di seguito l’omelia che il card. Chibly Langlois, vescovo di Les Cayes (Haïti), ha tenuto durante la preghiera dell’ora terza.
Très Saint-Père,
Eminents et Excellents Pères synodaux,
Frères et Sœurs, les participants,
En ce jour où nous faisons mémoire de Notre-Dame du Rosaire, nos travaux en assemblée synodale sur la famille se poursuivent dans la confiance en sa maternelle intercession. Grâce à sa prière, Dieu viendra lui-même libérer nos familles du manque d’amour dont elles sont victimes comme à la prière du Rosaire la victoire de Lépante a été obtenue. La Parole de Dieu qui nous est adressée par le prophète Jérémie est une invitation à chercher ce qui est juste pour nos sociétés alors que nous cherchons à relever les nombreux défis de la pastorale familiale dans le contexte de l’Evangélisation.
Le Prophète Jérémie a été envoyé par le Seigneur rappeler au roi et au peuple de Juda que l’avenir de Juda dépend de la pratique du droit et de la justice. D’une part, il s’agit de faire justice particulièrement aux faibles, aux pauvres de la société d’alors et qui étaient facilement exploités : l’étranger, l’orphelin, la veuve. D’autre part, il importe de respecter la vie des innocents. C’est une plaidoirie pour la juste intégration sociale de tous, particulièrement des plus faibles, des plus pauvres. C’est une exhortation à travailler pour la construction d’un monde plus fraternel où règne la paix.
Ce message prophétique, proclamé bien des siècles avant Jésus-Christ, trouve sa résonnance dans l’aujourd’hui de notre monde. Certes, ce monde a beaucoup évolué sur le plan de la technologie, des moyens de communication et de la production. Il reste pourtant marqué par des injustices de toutes sortes dont sont victimes de nombreuses populations. Elles sont incalculables les familles qui souffrent à cause de la misère, de l’exploitation, de la violence et de la guerre.
L’assemblée synodale sur la famille qui réunit des délégués de différentes nations est un lieu propice où, d’une voix unanime, nous devons dire, au nom de toutes les familles de la terre, au nom de la grande famille humaine que nous constituons tous et surtout au nom de notre foi, que les injustices criantes qui sévissent au sein des nations, comme ce qui se passe en Syrie, en Irak, en Afrique et en d’autres parties du monde dont la situation d’Haïti, ne font pas honneur à la dignité humaine.
Un monde digne de notre humanité, image de Dieu, est possible si, de notre part comme Eglise et à travers la Pastorale de la famille, nous travaillons dans la foi et la charité à rendre présent dans le monde le Royaume de Dieu. « Dans la mesure où Dieu réussira à régner parmi nous, la vie sociale sera un espace de fraternité, de justice, de paix, de dignité pour tous » (EG 180). Ce doit être vraiment au nom de notre foi, une foi authentique, car dit le Saint-Père :
Une foi authentique – qui n’est jamais confortable et individualiste – implique toujours un profond désir de changer le monde, de transmettre des valeurs (…). La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères. Bien que « l’ordre juste de la société et de l’État soit un devoir essentiel du politique », l’Église « ne peut ni ne doit rester à l’écart dans la lutte pour la justice ». Tous les chrétiens, et aussi les pasteurs, sont appelés à se préoccuper de la construction d’un monde meilleur’’ (EG 183).
Comme l’indique le témoignage évangélique, pour le salut des familles, c’est aussi la collaboration d’une foi active opérant par la charité que le Christ attend aujourd’hui de son Eglise et des familles, dans un monde où nombre de nos défis pastoraux dont ceux de la famille proviennent le plus souvent d’un manque de foi et d’amour, d’un manque de préparation à accueillir généreusement le don de la famille comme venant de Dieu.
Nous nous confions à la prière de la Sainte Vierge Marie, la Mère de l’Evangélisation, invoquée aujourd’hui sous le vocable de Notre-Dame du Rosaire. Par son intercession, que Dieu continue de nous éclairer par son Esprit-Saint afin que cessent les injustices, les violences et les guerres de toutes sortes. Que tous les hommes et les femmes de ce monde deviennent dans le Christ une famille dont Dieu est le Père.

Nessun commento:

Posta un commento